24.05.2018Tribune parue dans le Quotidien du Médecin : « Reste à charge zéro » en audioprothèse, une opportunité de santé publique.

Dans le cadre des échanges sur les enjeux de santé publique attenants au secteur de l’audioprothèse et à la mise en place du "reste à charge zéro", le Président du Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF), Luis Godinho, soumet sa tribune parue dans le Quotidien du Médecin du 24 mai 2018.

pdf_button Lire la tribune

15.05.2018Communiqué UNAPL : Mobilisation et mouvements de protestation chez les professions libérales

L’UNSAF est membre de l’UNAPL et vient de recevoir un soutien précieux de ce dernier dans notre négociation en cours sur le « reste à charge zéro ».
L’UNAPL a constaté que, pour la première fois, un nombre important de professions libérales mène en même temps, chacune dans leur secteur respectif, des actions de contestation face aux réformes engagées par le Gouvernement. La plupart d’entre elles en sont arrivées là parce qu’elles n’ont pas trouvé le dialogue et l’écoute pourtant promis, voici un an, par la nouvelle équipe gouvernementale.
En ce qui concerne les audioprothésistes, alors que la direction de la Sécurité sociale s’emploie à mettre en œuvre le reste à charge zéro pour l’audioprothèse promis par le chef de l’État, les mesures envisagées par cette administration dans le cadre des négociations entamées au début de l’année ne tiennent pas compte des propositions portées par la profession. Et si elles étaient appliquées, elles conduiraient à la remise en cause du modèle économique des centres d’audioprothèse, dont 16 % pourraient disparaître immédiatement. Ainsi, les audioprothésistes redoutent eux aussi la création de déserts de l’audioprothèse avec à la clé un échec sanitaire.
L’UNAPL appelle le Gouvernement à être plus attentif aux professions libérales qu’il ne l’est actuellement et le met en garde contre les conséquences que pourrait avoir une possible « agrégation des luttes » des professions libérales.

pdf_button Lire le Communiqué

03.05.2018Communiqué CNA-SYNEA-UNSAF : « Reste à charge zéro » : les audioprothésistes quittent la table des négociations

Après avoir mis en garde le Ministère de la santé sur les conséquences sanitaires et économiques désastreuses des dispositions envisagées pour la mise en place d’une offre sans reste à charge, et constatant que leurs propositions ne sont toujours pas prises en compte, les professionnels de l‘audioprothèse décident de quitter la table des négociations.
La profession refuse de poursuivre des pourparlers de façade qui ne tiennent aucun compte de leurs inquiétudes. Depuis plusieurs jours pourtant, la profession a alerté sur le danger sanitaire pour les malentendants et sur la menace économique pour la survie de leur filière que font peser de telles mesures.
Ils dénoncent un projet technocratique en contradiction avec les engagements politiques du Président de la République d’assurer un meilleur équipement aux Français, et réaffirment leur volonté de contribuer à cette mesure de justice sociale.
Les professionnels de l‘audioprothèse ont toujours appelé de leurs vœux la réforme du reste à charge. Ils ont pour cela formulé un ensemble de propositions chiffrées, solidaires et réalistes.

pdf_button Lire le communiqué

02.05.2018Communiqué CNA-SYNEA-UNSAF : « Reste à charge zéro » : les audioprothésistes réclament un projet réaliste au Ministère pour la réunion du 3 mai

Afin de mettre en œuvre le « reste à charge zéro » en audioprothèse, la Ministre des Solidarités et de la Santé, et la Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, ont lancé une concertation le 23 janvier dernier. Force est de constater que, trois mois plus tard, aucun accord n’a été trouvé et aucune des nombreuses propositions chiffrées et réalistes, faites par la profession, n’a été acceptée par les services du Ministère.
La profession a constaté que, pour l’heure, le Ministère ne prévoit aucun moyen financier nouveau pour les remboursements de la Sécurité sociale !
En fait, dans le projet présenté la quasi-totalité des efforts est à la charge des seuls professionnels, mettant en cause la viabilité économique du secteur, avec, pour conséquences prévisibles, un écroulement de l’offre de soins en audioprothèse.
Sans moyens supplémentaires, non seulement le « reste à charge zéro » n'atteint pas son objectif, mais pire, il risque de conduire à une dégradation de la prise en charge, rapidement constatée par les actuels usagers, dont environ 1,8 million sont des retraités.
La profession attend de la prochaine réunion de concertation, prévue le jeudi 3 mai, des avancées concrètes et une prise en compte par le Ministère de ses nombreuses propositions afin de construire véritablement un projet réaliste au bénéfice des usagers.

pdf_button  Lire le Communiqué

23.04.2018Communiqué CNA-SYNEA-UNSAF : « Réforme du « reste à charge zéro » : les audioprothésistes mettent en garde contre le risque d’un « échec sanitaire »

Les audioprothésistes mettent en garde contre le risque sanitaire grave qu’impliqueraient les modalités et les tarifs que tente d’imposer la Direction de la Sécurité sociale, dans le cadre des négociations en cours pour la mise en place du « reste à charge zéro ». Les enjeux de prévention de la dépendance imposent un vrai engagement de l’Assurance maladie obligatoire.
Les audioprothésistes réaffirment leur volonté de contribuer à cette mesure de justice sociale, et ont pour cela formulé un ensemble de propositions chiffrées solidaires et réalistes, mais redoutent que cette négociation ne se traduise par une trahison de la promesse du chef de l’Etat, promesse essentielle pour la prévention de la perte d’autonomie.
La profession unie appelle la Direction de la Sécurité sociale à poursuivre la concertation en se concentrant sur la seule mise en place du « reste à charge zéro », en dotant la mesure de moyens soutenables par la filière et compatibles avec le maintien de la qualité des prestations, pour ainsi éviter un « échec sanitaire » qui pénaliserait les malentendants.

pdf_button Lire le communiqué

03.04.2018Communiqué CNA-FNEA-SYNAM-SYNEA-UNSAF : « "Reste à charge zéro" en audioprothèse : une étude sociologique établit le rôle déterminant du "care" »

La première étude sociologique sur l’audioprothèse montre qu’il « ne suffit pas d’équiper des personnes pour que le problème de l’audition soit traité et que les risques sanitaires et sociaux liés à la presbyacousie soient aussitôt résolus ». En fait, « le rôle de l’audioprothésiste n’est ainsi pas seulement de vendre un appareil mais bien d’équiper des personnes, de les suivre et d’en prendre soin ».  Et les auteurs de compléter : « il nous apparaît indispensable de penser cette profession comme participant d’un travail social et médical de "care" ».

La profession continuera à œuvrer de façon constructive sur le « reste à charge zéro » mais combattra la tentation des économies de court terme, et notamment la dissociation du financement appareil auditif/services associés, attentatoire au « care », fondement de la profession d’audioprothésiste et de son efficience.

pdf_button Lire le communiqué

05.03.2018Alerte presse UNSAF : « Journée mondiale de l'audition : l'OMS appelle les gouvernements à agir pour contenir l'augmentation du déficit auditif »

Quelque 900 millions de personnes pourraient souffrir d'une perte auditive invalidante d'ici 2050, selon les nouvelles estimations publiées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à l'occasion de la Journée mondiale de l'audition le 3 mars 2018. Aujourd’hui, 466 millions de personnes dans le monde souffrent d'une perte auditive invalidante.

L'OMS appelle les gouvernements à agir maintenant pour contenir cette augmentation et s'assurer que les personnes malentendantes puissent accéder aux services et aux technologies dont elles ont besoin.

De longue date, l’UNSAF travaille en particulier à améliorer l’accès à l’appareillage auditif en France et à mettre en place un dépistage généralisé du déficit auditif vers 50 ans. L’UNSAF soutient l’action de l’OMS dans la nécessaire prise de conscience des conséquences très sous-estimées du déficit auditif dans le monde.

pdf_button Lire le Communiqué 

06.02.2018Communiqué CNA-UNSAF : « Prévention et bien vieillir : une nouvelle étude de l’INSERM confirme le lien entre le déficit auditif et les « 3 D » (dépendance, démence, dépression) »

Être déficient auditif ce n’est pas seulement être coupé des autres, c’est aussi vivre douloureusement et majorer le risque de perdre son autonomie. Les travaux récents du Pr Amieva confirment que les malentendants appareillés courent un risque moindre de dépendance, de démence et de dépression que ceux qui ont le même handicap et ne sont pas équipés. D’un point de vue à la fois humain et économique, l’urgence d’agir est forte car désormais on ne peut plus dire « je ne savais pas ». 

La pertinence de l’amélioration de la prise en charge de l’audioprothèse, prévue par le Gouvernement dans le cadre du « reste à charge zéro », est ainsi largement confirmée par cette étude et sera décisive dans les stratégies de prévention liées au « bien vieillir ».
Le Collège national d’audioprothèse et l’UNSAF sont prêts à apporter une contribution déterminée.

pdf_button Lire le Communiqué

pdf_button Présentation de Hélène Amieva (INSERM), « Décès, dépression, démence et dépendance associés à un déficit auditif déclaré : une étude épidémiologique sur 25 ans »

pdf_button Présentation de Jean de Kervasdoué et Laurence Hartmann (CNAM), « Le remboursement intégral des audioprothèses est une nécessité médicale et économique ! »

22.01.2018Communiqué UNSAF : « Vers le "reste à charge zéro" en audioprothèse : les propositions de l’UNSAF »

Les liens entre déficit auditif non traité et sur-risque de dépression, démence, dépendance chez les sujets âgés sont aujourd’hui établis. Au-delà de la prévention de la perte d’autonomie, la compensation du déficit auditif a aussi un effet bénéfique et rapide sur la santé mentale et, plus globalement, sur l’espérance de vie en bonne santé. Pourtant, non réévaluée depuis 1986, la prise en charge de l’audioprothèse pour les adultes est 5 à 7 fois moins élevée en France que dans les pays voisins (1 000 €/oreille de reste à charge moyen), avec, à la clé, des inégalités d’accès majeures.
Alors que la Ministre de la santé, Mme Agnès Buzyn, a publié la Stratégie nationale de santé 2017-2022, l’audioprothèse répond donc à deux des priorités annoncées : prévention et inégalités sociales en santé.
Les effets positifs d’une meilleure audition retombent sur le champ des soins pris en charge par l’Assurance maladie, la principale bénéficiaire d’une meilleure prévention secondaire du déficit auditif, ce qui justifie un ciblage sur le remboursement obligatoire.
Les négociations entre le Gouvernement, les complémentaires santé et la profession, concernant les conditions de mise en œuvre du « reste à charge zéro », débutent.
L’UNSAF propose un scénario en deux étapes permettant d’atteindre l’objectif fixé. Pour cela, un préalable : le maintien du financement indissociable appareil/prestations.

pdf_button Lire le Communiqué

 

14.11.2017Communiqué UNSAF : « L’UNSAF demande la suspension des conventionnements des réseaux de soins dans l’attente des actions correctives immédiates recommandées par l’IGAS »

En octobre 2016, l’UNSAF réclamait l’évaluation des réseaux de soins par les Pouvoirs publics et concluait que « dans les secteurs à fort reste à charge comme l’audioprothèse, il s’avère que les plateformes sont en réalité un obstacle à la nécessaire négociation entre les syndicats de professionnels de santé représentatifs et les financeurs, publics et complémentaires ».
Critiqués par les professionnels de santé, ils ont fait l’objet d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), rendu public par le Ministère de la santé le 20 septembre dernier.
L’IGAS conclut par neuf recommandations, dont deux justifient « une action corrective immédiate des pouvoirs publics » : « procéder à une évaluation juridique approfondie du dispositif conventionnel sur lequel reposent les réseaux de soins » et « améliorer la sécurité des données à caractère personnel et médical collectées par les réseaux de soins ». 
L’UNSAF demande par conséquent la suspension de tout nouveau conventionnement par les réseaux de soins, dans l’attente de la mise en œuvre effective des actions correctives immédiates recommandées par l’IGAS.

pdf_button Lire le Communiqué 

05.10.2017Communiqué commun de 16 syndicats : « Les syndicats de professionnels de santé et ceux qui les dirigent méritent le respect, M. Afflelou »

L’UNSAF, le syndicat national des audioprothésistes, a mis publiquement M. Alain Afflelou face à ses contradictions. Celui-ci, éludant tout débat, a préféré répondre en proférant des menaces économiques directes à l’encontre de son président.
Les syndicats de professionnels de santé libéraux, signataires du présent communiqué, font part de leur profonde indignation devant la conduite de M. Afflelou, qu’ils jugent inadmissible et problématique au regard des libertés syndicales, pourtant fondamentales dans notre pays. En menaçant ainsi un représentant des professionnels de santé, il affiche son mépris envers l’ensemble des professionnels de santé libéraux.
Les syndicats de professionnels de santé libéraux expriment leur solidarité envers l’UNSAF et son président. Ils rappellent à M. Afflelou qu’ils n’acceptent aucune intimidation de quiconque et quelle que soit sa notoriété. Un syndicat et ceux qui les dirigent, méritent le respect.

En savoir plus :

Communiqué UNSAF « AFFLELOU : quand les métiers deviennent flous, il y a un loup ! »

Article « Alain Afflelou répond au président de l’Unsaf »

Syndicats signataires : Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF), Syndicat des Biologistes (SDB), Syndicat National Autonome des Orthoptistes (SNAO), Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF), Convergence Infirmière (CI), Syndicat National des Masseurs Kinésithérapeutes Rééducateurs (SNMKR), Organisation Nationale des Syndicats d'Infirmiers Libéraux (ONSIL), Fédération nationale des podologues (FNP), Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO), Fédération Nationale des Orthophonistes (FNO), Syndicat des Médecins Libéraux (SML), Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), Fédération des Médecins de France (FMF), Union Dentaire (UD), Fédération Nationale des Infirmiers (FNI).

pdf_button Lire le Communiqué 

Vous êtes ici : Accueil

Partager sur les réseaux sociaux