Pratique au quotidien

 

L’audioprothésiste peut exercer son activité dans le cadre d’un cabinet d’appareillage auditif (la majorité des exercices) ou à temps plein ou partiel en milieu hospitalier dans le cadre des réglages d’implants ou des investigations audiologiques particulières (audiométrie de l’enfant par exemple). 
pdf_button Compétences de l'audioprothésiste

Un référentiel d’activités détaille les pratiques de l’audioprothésiste.
pdf_button Référentiel d'activités

 

Qui fait quoi ?

 

Audioprothésiste : « En regard de la loi, l'audioprothésiste choisit, adapte, délivre, effectue le contrôle immédiat et permanent de la prothèse auditive et assure l'éducation prothétique du déficient auditif appareillé. Professionnel de santé, l'audioprothésiste travaille au sein d'une équipe pluridisciplinaire, dialogue avec les médecins, les pédagogues, les éducateurs, les parents, l'adulte et l'enfant déficients auditifs. »
En ce sens, toute personne non diplômée, qui procède au choix, à l'adaptation, ou à la délivrance, ou au contrôle d'efficacité immédiate et permanente de la prothèse auditive, ou à l'éducation prothétique du déficient de l'ouïe appareillé - contrevient au code de la santé publique.
« Ses attributions s'étendant également à la mesure et à la lutte contre les nuisances d'origine acoustique, l'audioprothésiste doit être capable d'effectuer les mesures de ces nuisances et de choisir les moyens de protections individuelles et collectives. En tant que professionnel de santé, il doit en outre pouvoir jouer un rôle de prévention face aux risques engendrés par le bruit sur l'organe de l'ouïe. »
« L'audioprothésiste se doit d'être, dans l'intérêt premier du déficient auditif et des personnes qui le consultent pour des nuisances acoustiques, un professionnel de santé à part entière. »

Maître de stage : « Le maître de stage doit exercer son activité professionnelle depuis trois ans au moins et être agréé par une commission d'agrément que préside le directeur de l'unité de formation et de recherche dont relève l'étudiant, suivant des modalités définies par un arrêté du ministre chargé de l'enseignement supérieur et du ministre de l'emploi et de la solidarité. Les stages d'audioprothèse sont accomplis auprès de maîtres de stages, dans des laboratoires d'audioprothèse agréés par le conseil de l'unité de formation et de recherche, sur proposition du directeur de l'enseignement. Le nombre maximum de stagiaires que le maître de stage peut accueillir ne peut excéder trois. »

Assistant(e) : capable de donner des renseignements sur les différents appareils de correction auditive qu'il connaît sommairement. Doit savoir vendre les accessoires (piles, cordons, etc...), doit connaître les tarifs de vente d'acoustique. D’un point de vue technique, capable de nettoyer de façon approfondie les aides auditives, changer les tubes des embouts, réaliser une retouche sur un appareil auditif avec une pièce à main, diagnostiquer une panne et proposer une solution aux patients.

Technicien(ne) : Certain centres ou cabinet d’audioprothèse possèdent à demeure des techniciens qualifiés pour la réparation des aides auditives ou la fabrication de certaines parties sur-mesure (embouts, coques). Ils ont une connaissance complète des aides auditives et de leur fonctionnement. En cela, leur rôle est proche des assistant(e)(s), avec des compétences souvent plus poussées en électronique et couplage auriculaire (moulages).

Secrétaire : accueil téléphonique, renseignements techniques et administratifs, vente de piles, accessoires, etc. Il s’agit de votre interlocutrice privilégiée. Son rôle est très important.

Stagiaire : Les étudiants en audioprothèse effectuent leur stage pratique auprès d'un audioprothésiste, appelé maître de stage. Le stagiaire, après consentement du patient, assiste aux activités du maître de stage et participe, sous la responsabilité et en présence du maître de stage, aux actes professionnels que ce dernier accomplit habituellement. L'étudiant ne peut recevoir de rémunération, ni de son maître de stage, ni des patients au titre de ses activités de stagiaire.


En tant que patient et consommateur, vous devez donc vous assurer, au-delà de toute incitation publicitaire ou promesse de performance, de ce suivi sur le long terme et du personnel qui va s’occuper de vous :
• Quels sont le nom et le(s) diplôme(s) de la personne qui va s’occuper de moi.
• Cette personne interviendra t-elle à chaque rendez-vous que je prendrai ?
• Vais-je avoir à faire à cet audioprothésiste D.E. tous les jours de la semaine ou certains jours seulement ?
• Quelles sont les prestations d’appareillage proposées ?
• Quels sont les garanties et services proposés (garanties, assurances, présence d’un technicien, etc.) ?

Déroulement d'un appareillage auditif

 

Dans le cadre de l’activité d’appareillage auditif, il faut considérer l’audioprothésiste comme un interlocuteur à long terme. Les personnes concernées par l’appareillage ont tendance à considérer, à tort, la réadaptation auditive comme étant liée à son seul objet (l’appareil auditif). Si les aides auditives ont fait de réels progrès ces dernières années, elles ne sont pas exploitables sans une adaptation personnalisée et un suivi sur le long terme.

Cette adaptation comprend

• Le bilan d’orientation prothétique : l’audioprothésiste complète les tests de l’ORL par des tests destinés à affiner le choix et l’adaptation prothétique future. Par exemple : recherche des zones de confort et d’inconfort sonores, tests de zones cochléaires déficientes, caractéristiques acoustiques du conduit auditif, etc.

• Le choix prothétique : en fonction de votre audition, de vos habitudes de vie, des capacités de manipulation, de vos désirs et possibilités, l’audioprothésiste engage un dialogue permettant d’aboutir à un choix concerté, entre lui et vous, de l’appareillage auditif le plus adapté.

• L’adaptation prothétique : étape permettant de régler l’aide auditive au moyen de mesures objectives (mesures in-vivo) et subjectives (mesures de performances tonale et vocale). Elle permet progressivement, lors des visites successives, de s’assurer de l’efficacité de l’appareillage auditive, de son innocuité, de sa bonne manipulation et de son entretien correct.

• Le suivi prothétique : étape souvent peu connue du grand public, elle revêt une grande importance car elle permettra, tout au long de la vie de l’aide auditive, de s’assurer de son bon fonctionnement (nettoyages, contrôles, mesures) et de son adéquation avec votre audition (bilan audiométriques réguliers, mesures de performances, etc.). Ces rendez-vous de contrôles sont illimités dans le temps et doivent être réalisés plusieurs fois par ans le plus souvent. Ils sont inclus dans le prix d’une aide auditive.

Le BOCCRF n°3 du 7 mars 2000 : http://www.bercy.gouv.fr/fonds_documentaire/dgccrf/boccrf/00_03/a0030012.htm estime entre 13 à 15 heures, sur toute la durée de vie d’un appareillage auditif, le temps de rendez-vous cumulé nécessaire à l’adaptation et au suivi prothétique, confirmant ainsi la très grande importance de la prise en charge sur le long terme.

Vous êtes ici : Accueil Audioprothésiste Pratique au quotidien Audioprothésiste Pratique au quotidien

Partager sur les réseaux sociaux